Friday, July 1, 2022

Ma douce bête n°2

Travis et Luciana décident de repartir à zéro dans une nouvelle ville, laissant derrière eux leur passé douloureux, s’accrochant à une nouvelle vie pleine de bonheur, enfin c’est leur plan, mais la vie va une fois de plus mettre à l’épreuve leur grand amour.
Dans ce deuxième épisode, découvrez le côté plus doux et plus protecteur de Travis. Il est prêt à tout pour protéger Luciana de ceux qui lui veulent du mal.
L’amour, la haine, l’action, la jalousie et bien plus encore, vous les trouverez dans My Sweet Beast.

– Alors, comment l’aimez-vous ?

Luciana regarde la propriété avec ravissement, et je vois que ses beaux yeux pétillent.

-Cette incroyable Trav…. j’adore ça !

C’est un appartement de deux étages, avec un petit jardin à l’entrée, la façade est blanche et il y a aussi un petit balcon.

-Allez, entrons, il fait froid et je veux m’installer maintenant. Tu ne sais pas à quel point j’ai hâte que tu le rencontres.

Je pose ma main sur sa taille et guide ses pas jusqu’à l’entrée de l’appartement, je cherche les clés dans ma poche, ouvre la porte et la regarde en souriant du coin de l’œil.

– Prêt ?

Elle acquiesce et met ses mains sur sa bouche, j’ouvre la porte et lui fais signe d’entrer.

-Bienvenue dans notre maison, ma belle.

Elle ouvre grand les yeux et regarde autour d’elle.

-…. est parfait Travis

Au premier étage se trouvent la cuisine, le salon et la zone de travail, le tout entièrement meublé. C’est ce que j’ai demandé quand je l’ai acheté. Le premier étage ne comporte que deux chambres avec chacune une salle de bain. L’endroit n’est pas très grand, mais je pense qu’il est parfait pour nous deux.

Je prends la main de ma petite amie et l’emmène à l’étage.

-Faisons connaissance avec notre chambre.

Nous montons rapidement l’escalier et nous nous arrêtons devant l’une des deux portes, j’ouvre lentement et Luciana me regarde avec impatience.

-Notre nid d’amour

Elle éclate de rire et entre dans notre chambre avec excitation.

-Vous êtes… – (elle nie avec des larmes dans les yeux) – tu es ma douce bête Ford. C’est trop beau, Travis.

-Hey, pas précieux

Je tends la main et essuie les petites larmes.

-Je pleure de bonheur Travis, comment peux-tu être si mignon avec moi et en même temps être cette bête quand tu es sur le ring ?

– C’est parce que vous, et seulement vous, faites ressortir le meilleur de moi-même, Luciana. Vous seul pouvez abattre la bête.

Je joins nos lèvres dans un baiser passionné.

-Je t’aime ma bête Ford

Il a souri et a caressé sa joue

-Déballons nos affaires, d’accord ? Demain, nous avons notre premier jour d’école.

-D’accord, mais d’abord commandons un dîner, j’ai vraiment faim.

-Selon les instructions de Mme Ford

Je décroche le téléphone et cherche un endroit où ils peuvent nous apporter quelque chose à manger, je passe ma commande et ainsi commence notre première nuit dans la ville de Keaton.

Nous sommes pleins d’illusions et de rêves, nous voulons juste finir notre carrière et avoir une vie tranquille, c’est 4 ans de carrière, j’espère juste qu’ils passeront vite et que je pourrai épouser Luciana, mon plus grand désir est d’en faire ma femme, d’avoir une carrière professionnelle, de lui donner une bonne vie à elle et à mes 3 enfants, car oui, nous aurons 3 enfants. Bien qu’elle ne le sache pas encore.

—–

Notre premier jour de classe, malheureusement j’ai dû laisser Luciana dans le bloc 1, et je suis dans le bloc 4. Je n’aime pas l’idée d’être loin d’elle, je ne peux pas m’occuper d’elle comme je le voudrais, mais que puis-je faire, je vais devoir supporter 5 heures de séparation avec ma fille.

-Bienvenue aux étudiants, je serai votre tuteur durant ce premier semestre, je suis Nicolas Coll.

Le professeur commence à nous présenter chacun d’entre nous et ainsi les deux premières heures passent, je sors mon téléphone de ma poche et tape un message pour Luciana.

– Comment ça se passe là-bas, bébé ?

2 minutes plus tard

-Excellent amour, j’aime mon professeur, elle est si douce.

-Professeur, hey, c’est une bonne nouvelle.

Et oui, j’aime beaucoup l’idée qu’elle soit un professeur et non un maître.

-Ma Ford jalouse hehehehe, et toi ?

-Et bien, le tuteur est un bon gars.

-Tuteur Hé, c’est une bonne nouvelle !

Je ris car il imite mon commentaire et envoie un dernier message.

-On se voit à 4 heures. Je t’aime, ma belle.

-Et je t’aime Ford.

Je range le téléphone et me concentre à nouveau sur la classe.

Trois heures plus tard, le cours se termine et je rassemble mes affaires pour quitter la salle, je sens un contact sur mon bras droit et je tourne mon visage dans cette direction.

-Hi Travis

Une blonde aux yeux bleus me sourit de façon coquette en battant des cils. Je fronce les sourcils et relâche prudemment ma prise.

-Bonjour étranger et au revoir.

Elle ouvre grand les yeux et marmonne je ne sais quoi, je passe devant elle en la laissant sans voix.

– Hé, attendez !

Elle marche derrière moi à un rythme rapide.

-Je veux juste être gentil avec toi.

Je m’arrête dans mon élan et roule les yeux.

Trouve quelqu’un d’autre à baiser, laisse-moi tranquille.

Son visage est un poème et je sors de là, à la recherche de ma petite amie. Je marche à un rythme rapide pour rejoindre Luciana jusqu’à ce que j’atteigne finalement son bloc, au loin je peux la voir et un sourire vient sur mon visage, jusqu’à ce que je vois le gars qui marche à côté d’elle.

– Et qui est ce fils de pute ? – Je me murmure à moi-même, en serrant les poings.

J’accélère encore plus mes pas, jusqu’à ce que j’atteigne Luciana.

-Bonjour, ma belle.

Je joins ses lèvres aux miennes et prends son visage dans mes mains, je l’embrasse assez passionnément. Nous nous séparons par manque d’air et elle me sourit.

-Hi Trav.

Le garçon se racle la gorge et se gratte la nuque, visiblement mal à l’aise.

-Hey, voici Justin, un de mes camarades de classe, Justin, voici Travis, mon petit ami.

-Donc vous êtes le fameux Travis.

Le garçon tend la main et je réponds à son geste.

– Célèbre ?

Je fronce les sourcils car je ne comprends pas ce qu’il veut dire.

-Ouais, Luciana parle de toi et de combien tu es bon à la boxe. Crois-moi, c’est ta plus grande fan.

J’ai souri à ce commentaire et j’ai regardé Luciana qui avait les joues rouges.

-Et bien les gars, c’était un plaisir, je dois y aller maintenant. Ma fille m’attend aussi, à demain Luciana. Au revoir Travis.

Nous faisons un geste de la main et disons au revoir au blond.

– Maintenant, tu vas me dire pourquoi ce baiser ?

Je hausse les épaules, minimisant ce que Luciana a dit.

-Tu m’as tellement manqué, et je voulais te le montrer.

-Aham, ce n’était pas pour que mon partenaire sache que j’ai un petit ami ou autre, n’est-ce pas ?

Je fronce les sourcils et porte une main à ma poitrine en faisant semblant d’être offensé.

– Comment peux-tu penser ça, mon amour ? Je ne ferais jamais une chose pareille.

Elle rit et m’entoure de ses bras.

-Arrête d’être si jaloux Trav, tu sais que je n’ai d’yeux que pour toi.

Nous nous regardons dans les yeux et il sourit, hypnotisé par sa beauté.

-Et j’ai des yeux pour toi… bébé…

——

Six mois plus tard

– Non maman, il n’a lu aucune des lettres.

-Je comprends fils, je sais que ce sera très difficile pour elle de lui pardonner.

-Oui maman, tu dois juste lui donner du temps.

-Je continuerai à vous les envoyer tous les mois, d’accord ?

-Bien sûr, si elle veut les lire un jour, je les aurai ici pour qu’elle les lise.

—-

La mère de Luciana envoie une lettre pour elle tous les mois, il y a deux mois qu’elles ont commencé à arriver, mais elle n’a pas voulu les lire, en fait, elle n’aime même pas que je mentionne le sujet.

D’après ce que ma mère m’a dit, Eliza est comme quelqu’un d’autre. Ces six mois en prison lui ont fait du bien, c’est maintenant une femme calme et attentionnée, elle ne s’attire pas d’ennuis et elle aide les autres prisonniers en leur enseignant les langues qu’elle connaît.

Les lettres, je ne sais pas ce qu’elles disent, je ne me sens pas le droit de les lire, elles sont pour Luciana et elle seule peut les lire, c’est pourquoi je n’en ai jamais ouvert aucune.

Je les garde dans une boîte dans l’armoire de notre chambre, dans un endroit où Luciana ne peut pas les voir, je sais que sa première réaction serait de les brûler, de les détruire, mais j’ai le léger sentiment qu’elle pourrait le regretter à l’avenir.

—–

Je regarde Luciana à travers le miroir et elle sourit lorsque ses yeux rencontrent les miens.

-Tu es magnifique.

-Tu es très beau toi-même.

– Êtes-vous prêt ?

Elle acquiesce et je me dirige à ses côtés pour lui prendre la main, elle porte une longue robe noire, moulante, avec une fente qui lui arrive plus haut que la cuisse, des talons de la même couleur. Ses cheveux sont attachés avec quelques mèches libres et ses lèvres sont rouges.

Nous quittons la maison et montons dans notre voiture. Nous avons un dîner spécial. Nous fêtons notre premier anniversaire, je l’ai invitée dans le meilleur restaurant de la ville, j’ai préparé ce jour depuis des mois, tout doit être parfait.

Je gare la voiture et en sors pour ouvrir la porte à ma fille, je l’aide à sortir et je marche à côté d’elle pour entrer dans ce lieu luxueux.

Un homme d’une quarantaine d’années nous salue.

Bienvenue, avez-vous une réservation ?

-Bien sûr, nous sommes les Ford.

-Bien sûr, suivez-moi par là.

Nous suivons l’homme plus âgé et Luciana retient un rire.

-Voici votre table, monsieur.

Il ouvre la chaise de Luciana pour qu’elle puisse s’asseoir, puis fait de même avec la mienne.

Il part et revient quelques minutes plus tard avec le menu.

-Voilà.

Il pose les cartes sur la table et part.

– Qu’est-ce que tu veux manger ?

-Je ne sais pas.

Il regarde le menu avec des yeux bridés, puis dit

-Je veux des lasagnes

-Je vais prendre la même chose.

– Vous êtes sûr ?

-Oui, nous allons manger la même chose.

-C’est bien.

….

Après avoir ri, mangé et parlé, nous avons quitté le restaurant en nous tenant la main.

– Tu veux marcher un peu ?

-Oui, la nuit est belle.

Nous marchons sans but en parlant de choses futiles, nous nous arrêtons en remarquant une fontaine devant nous.

-Wao, c’est impressionnant.

-Oui, c’est très beau.

– Voulez-vous faire un vœu ?

– Croyez-vous en ces choses ?

– Eh bien non, mais qui s’en soucie ?

Je sors deux pièces de ma poche et en donne une à Luciana.

Nous nous tenons dos à la grande fontaine et préparons les pièces à lancer.

– Êtes-vous prêt ?

-Oui.

-Un, deux, trois,

Nous lançons les pièces en même temps et nous nous retournons pour voir si elles sont tombées dans la fontaine, nous rions de la bêtise que nous venons de faire.

Je prends la main de ma fille et nous retournons à l’endroit où nous avons laissé notre van garé.

Nous rentrons à la maison et comme chaque nuit, nous dormons dans les bras de l’autre, à l’abri dans les bras de l’autre.

J’ai toujours su qu’une nuit ne serait pas suffisante pour être avec elle, parce que ma vie est d’être avec Luciana.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,952FansJ'aime
3,373SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles