Friday, July 1, 2022

non, tu es mon type !

Pour Aquiles, tomber amoureux est un truc d’adolescent. À 29 ans, il affirme être à l’aube de sa vie et des plaisirs qu’elle lui procure. Lorsqu’il rencontre la timide et un peu intello Alana, propriétaire de “The Chipped Cup”, il devient sa principale cible. Il devient sa principale cible. Il veut la faire sortir de sa zone de confort et lui montrer ce que, pour lui, est une vie de plaisir et d’amusement.
Que se passe-t-il quand Alana, à la mâchoire carrée, rencontre Achille, extraverti et coureur de jupons ?
La fusion de leurs personnalités est une bombe à retardement, qui va faire éclore le désir et bien plus encore entre eux.
Cela va-t-il vous manquer ? Je ne le pense pas….

Chapitre 1 (Les biscuits)

Je mets le dernier biscuit dans la boîte et y place un ruban rouge. Je laisse Holly en charge de la cafétéria et me dirige vers ma vieille voiture, une Toyota corolla 2014, dans un état acceptable. Je laisse les biscuits sur le côté passager de la voiture et, par courtoisie, je décide d’apporter un cappuccino à mon client capricieux. Je le mets dans le porte-gobelet et je démarre ma voiture.

Je mets de la musique pour me détendre et la bande-son du film Orgueil et préjugés inonde mes oreilles. Oui j’ai fait une playlist de la bande son et alors quoi, ça ne fait pas de moi un nerd.

Après avoir roulé pendant plusieurs minutes, je me gare devant l’imposant bâtiment, je sors de la voiture avec des biscuits dans une main et du café dans l’autre. Je marche en direction du bâtiment et arrive à la réception impeccable, une fille en uniforme blanc me sourit et m’accueille.

-Bonjour, bienvenue à Lordanou. Bienvenue à Lordanou, avez-vous une invitation ?

Invitation ? Je ne pensais pas en avoir besoin, juste pour apporter une commande. La fille remarque mon visage confus et sourit.

– Qui vous a invité à entrer dans le bâtiment ? Si vous n’avez pas d’invitation, je ne peux malheureusement pas vous laisser entrer.

-Eh bien, en fait je suis venu pour apporter une commande pour quelqu’un.

Je dis, un peu nerveux et mal à l’aise.

-Dans ce cas, vous pouvez le laisser ici avec moi, je vais l’emmener à son propriétaire.

-Je ne pense pas que mon client sera d’accord, il m’a demandé de les apporter moi-même.

-Mais si vous n’avez pas d’invitation, je ne peux pas vous laisser entrer.

Merde ! Je ne peux pas penser à quelque chose pour que cette fille me laisse passer. Mais à ce moment-là, je me souviens de la carte du coureur de jupons et je fouille dans ma poche.

-J’ai ici une carte de mon client. Cela suffira-t-il ?

Je dis, en le tendant à la réceptionniste. Les yeux de la fille s’écarquillent quand elle le voit et elle me le rend immédiatement.

-Je suis désolé, Mlle…

-Alana – (Je dis en complétant sa phrase)

-Alana, tu peux entrer, tu es l’invitée du Dr. Lordanou. Ne le faites pas attendre.

Elle me fait un clin d’œil et sourit malicieusement. Je fronce les sourcils et me dirige vers l’ascenseur sans comprendre ses gestes.

J’appuie sur le bouton du numéro 30 et j’attends patiemment qu’il me dépose à ma destination. À ma grande surprise, l’ascenseur me dépose dans l’appartement du médecin coureur de jupons.

Quand les portes s’ouvrent, ma bouche aussi. C’est… paradisiaque. Combien de chirurgies fait-il par jour ? 20 ? Qui opère-t-il ? Les Kardashians ?

Je marche lentement hors de l’ascenseur et dans l’appartement luxueux.

-Bonjour… Achille ? Il y a quelqu’un ?

Je profite de la solitude et j’inspecte les lieux. L’appartement est gigantesque. Toute la façade est couverte de verre, j’imagine que regarder un coucher ou un lever de soleil d’ici doit être incroyable.

– Impressionné ?

demande une voix derrière moi. Je me retourne rapidement et le regrette instantanément.

– Accueillez-vous toujours vos visiteurs comme ça ?

Son torse est nu, avec seulement une serviette attachée autour de ses hanches. Ses cheveux courts sont humides, apparemment il vient de prendre une douche.

-Non, parfois je suis nu. -Tu as apporté mes biscuits ?

Elle répond avec nonchalance. Je vacille plusieurs fois pour réagir. Son abdomen ferme m’a laissé pantois.

-Oui, les voilà, et j’ai apporté un cappuccino, offert par la maison.

– Hé, comme c’est gentil de ta part.

Il dit avec un sourire splendidement sournois. Il marche dans ma direction et me prend le cappuccino des mains. Dont il prend plusieurs gorgées.

-C’est bon. C’est bon. Merci.

Je regarde de plus près sa silhouette imposante et je n’aurais jamais imaginé qu’un homme puisse être aussi sexy en buvant un café.

-Je laisse les biscuits ici, je dois y aller.

Je laisse les biscuits sur une table dans le couloir.

– Oh, attends, je dois te payer.

Elle se dirige vers une table à côté de la porte de l’ascenseur et prend son portefeuille. Il sort plusieurs notes et me les tend.

– 30 ? C’est bon ?

Il demande avec un léger froncement de sourcils, ses yeux de miel perçants se plantant dans les miens. Lorsque je suis nerveux, je fais souvent des commentaires désinvoltes et parfois embarrassants.

– Tu es radin ! J’allais te faire payer 50 ! Tu m’as fait venir chez toi. Mais bon, donne-moi mon argent.

C’est évident que c’est une blague. Je l’accepte, je suis cruellement nerveux. Il me regarde d’un air renfrogné et dit.

– Les biscuits sont dorés, ou c’est une livraison qui se termine bien ?

– Hé ! Comment ça, une fin heureuse ?

Il éclate de rire et dit.

-Tu es drôle, je t’aime bien. Même si tu t’habilles comme ma grand-mère, tu as une bonne vibration.

Qu’est-ce qui ne va pas avec mes vêtements ? Je regarde sournoisement ma tenue et je réponds.

– Je ne m’habille pas comme une mamie ! Mes vêtements sont très confortables, qu’est-ce qui ne va pas avec les jupes et les pulls ?

Je dis en levant les bras en l’air.

– Ils vous rendent peu attrayante ? Vous n’êtes pas très sociable, n’est-ce pas, et par sociable je veux dire que vous n’allez pas souvent à des rendez-vous ?

Il dit qu’il se dirige vers le salon. Je le fixe avec des yeux bridés et un mélange de colère et de tristesse s’agite dans ma poitrine. Même si ça me fait mal de l’accepter, il a raison, je suis aussi ennuyeuse que les vêtements que je porte, mais je ne vais pas l’accepter, surtout pas devant le médecin coureur de jupons.

-Hmm, ça ne te regarde vraiment pas (je dis en le suivant jusqu’au grand canapé de son salon) et au fait, merci de me dire que je ne suis pas attirante. Vous avez beaucoup renforcé mon estime de soi, et votre commentaire me toucherait si je me souciais de votre opinion.

-Je n’ai pas dit que tu étais moche, c’est juste que tu as une façon bizarre d’interpréter la mode. Mais je dois admettre que je suis surpris.

– Pourquoi suis-je surpris ?

Je demande plein de curiosité.

-Je ne savais pas que les mamies pouvaient être aussi drôles.

Elle éclate de rire et je grogne d’agacement.

-Je ferais mieux d’y aller, j’ai beaucoup à faire et vous me faites perdre un temps précieux.

– Hé, relaxe, je plaisantais, tu dois te relaxer un peu.

Il me regarde avec des yeux bridés, comme s’il analysait chacun de mes gestes, chacun de mes mouvements. C’est à la limite de l’inconfort, alors je tire.

– Maintenant, qu’est-ce que tu vois ?

– Qu’est-ce que je vois ? Eh bien, je vois une fille drôle qui a honte de se montrer au monde.

Son regard s’est adouci et je ne regarde plus que ses lèvres qui semblent maintenant pleines et totalement embrassables. À quel moment s’est-elle approchée de moi à ce point ?

-Tu as de belles lèvres.

Il dit presque en chuchotant

-Ah…

C’est tout ce que je peux dire, Achille peut être quelque peu captivant.

Il sourit malicieusement et s’en va. Comment a-t-il fait ça ? C’est comme s’il m’avait hypnotisé, je suis sûr que s’il m’avait demandé de me déshabiller, il l’aurait fait.

– Comment faites-vous ?

– Quoi ?

demande-t-il amusé.

-C’est ça, le flirt, comment ça se fait que tu flirtes comme ça ?

C’est un homme sûr de lui, bien sûr ! Comment pourrait-il ne pas l’être ? C’est un millionnaire, célibataire et beau sans complexe.

-Je ne sais pas, parfois je ne remarque même pas quand je le fais.

-Oui, c’est ça ! Je peux dire que vous êtes un maître du charme.

Il rit aux éclats et demande

– Tu veux que je t’apprenne un peu ?

Ça ne ferait pas de mal d’apprendre un peu

-Je vais passer mon tour, mais merci beaucoup. Je vais parfaitement bien.

Oui, parfaitement déprimé et célibataire. Ha ! Et avec des bois plus gros qu’un élan.

– Vous êtes sûr ?

Allez, Alana ! Dis oui !

-Oui, je suis sûr, et je devrais y aller maintenant. Je te verrai plus tard.

Je m’arrête à mi-chemin quand la cloche de l’interphone sonne, Achille court vers elle et répond.

-Hi Nora, oui bien sûr, laisse-les entrer. Ha ! et la prochaine fois que Miss vient, laisse-la entrer, elle n’a pas besoin d’invitation.

Je fronce les sourcils et j’attends qu’elle raccroche.

– Et qu’est-ce qui vous fait penser que je reviendrai ?

-Je vais encore passer des commandes assez souvent et je veux que vous soyez celui qui les apporte.

– Pourquoi ?

-Je vous ai dit pourquoi, je n’aime pas que des étrangers viennent dans ma maison.

-Mais vous ne me connaissez pas non plus.

-Oui, vous possédez le meilleur café du coin, c’est suffisant.

L’ascenseur ouvre ses portes et trois garçons rieurs en sortent.

– Frère !

ils crient tous en même temps. Trois paires d’yeux se posent sur moi et je reconnais immédiatement certains des visages. Ce sont les garçons de la gueule de bois du lundi…

– Alana ? Que fais-tu ici ?

-Logan… Quelle surprise !

Je marmonne.

– Vous connaissez la tribu ?

La voix d’Achille résonne près de mon oreille et ma peau se hérisse.

– La tribu ?

Je demande, en me détournant d’Achille et de sa voix séduisante.

-Si c’est comme ça que ce connard nous appelle. Et bien sûr, il me connaît, son café est le meilleur de New York.

dit Logan avec son sourire caractéristique.

-Merci beaucoup, Logan. Et en fait, je ne connais que Logan et Dalton.

-Je m’appelle Fox, vous ne me connaissez pas car je viens d’arriver en ville.

Le garçon tend sa main et la serre chaleureusement, il est très poli.

-C’est un plaisir Fox. J’espère vous voir bientôt à la cafétéria.

Il n’a pas l’air d’avoir plus de 25 ans, mais son expression sérieuse et distante le fait paraître beaucoup plus vieux.

-Oui, j’ai déjà eu l’occasion de la rencontrer, et elle est vraiment… charmante. Elle a un excellent service.

-Tu parles de Holly, n’est-ce pas, Fox ?

dit Logan d’un air moqueur. Tout le monde rit à gorge déployée et je ne comprends pas ce qu’ils veulent dire. Fox devient sérieux et le regarde fixement.

– Il se passe quelque chose avec Holly ?

Je demande assez curieusement, je n’aime pas que mon personnel soit dérangé, surtout pas ma douce Holly. Une belle brune aux yeux noisette, elle est comme ma petite soeur.

-Non, c’est juste que Logan aime la taquiner.

Fox dit. Je ferme les yeux et regarde Fox devenir mal à l’aise. Qu’est-ce qui se passe ici ? Je suis sur le point de demander, mais Achille m’interrompt.

-Et bien, les idiots, attendez dans le salon et arrêtez de harceler mon invité.

Les gars partent, me laissant seul avec Achille, qui est toujours enveloppé dans la serviette. Je regarde partout sauf dans sa direction.

-Je devrais probablement y aller. J’espère que vous apprécierez les biscuits.

-Bien sûr que je le ferai, d’ailleurs, vous ne m’avez pas dit votre nom.

-Je suis Alana. Logan l’avait déjà dit.

Je dis ça et je monte dans l’ascenseur. Achille me regarde toujours avec un sourire, j’essaie de soutenir son regard jusqu’à la fermeture des portes de l’ascenseur. Je m’appuie sur le mur du fond et remarque le battement rapide de mon cœur. Achille est un homme incroyablement beau. Je me souviens de ses mots d’il y a un instant et je me permets de réfléchir à sa proposition : ” Veux-tu que je t’apprenne un peu ? ” Je me demande si…

Les portes de l’ascenseur s’ouvrent, me tirant de mes pensées, et je sors de l’ascenseur. Je monte dans ma voiture et je retourne à la cafétéria.

Article précédentDésirs mitigés
Article suivantLes princes captifs

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,952FansJ'aime
3,373SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles