Friday, July 1, 2022

Une nuit n’est pas suffisante

Travis Ford est le garçon le plus populaire de son école, tout le monde fait ce qu’il veut. Il est pervers et manipulateur, il aime profiter des “plus faibles”, en particulier Luciana Collins, l’intello de sa classe, alias la “lente”, c’est ainsi qu’il l’appelle depuis qu’il l’a rencontrée, toute la journée il la taquine et la harcèle, ils sont en dernière année et Luciana veut juste que l’année scolaire se termine et fuir Ford.
Lassée de ses abus, Luciana décide un jour de l’affronter et obtient la plus grande surprise de sa vie : elle passe un accord avec lui pour qu’il la laisse tranquille une fois pour toutes.
Quel sera le résultat du mystérieux marché qu’elle conclut avec la Bête Ford ? Découvrez-le!

Chapitre 1

-Tu es un connard Pete, comment peux-tu même penser à baiser la fille du principal, c’est la pire des options !

-Je sais Travis, mais la fille m’a presque supplié de la baiser et en plus j’étais un peu bourré, donc, tu vois quel connard j’étais.

-Si elle dit quelque chose à son père, tu es mort et renvoyé de l’école.

Je regarde Pete avec des yeux bridés et je secoue la tête à plusieurs reprises.

-Elle a promis de ne pas le faire, et d’ailleurs, je ne vois pas pourquoi elle devrait dire quelque chose, et toi ?

Je vois le désespoir sur le visage de mon meilleur ami et je ne peux pas m’en empêcher.

-Je ne sais pas bro, mais ce que je sais c’est qu’elle vient ici.

Les yeux de Pete s’élargissent et son visage devient pâle.

– Quoi ? Tu te moques de moi, hein ?

-Non, et bye bye je vous laisse à votre fille. Bonne chance

Je tape sur l’épaule de mon meilleur ami et le laisse avec l’agaçante fille du directeur, elle est la deuxième sur ma liste de personnes méprisables et indésirables.

Je m’éloigne de là à la recherche de ma salle de classe, car je ne veux pas donner plus de raisons d’échouer ma dernière année. Je m’amuse à regarder les seins de Stacey alors qu’elle passe devant moi et soudain je me heurte à quelqu’un, elle tombe par terre et je la vois, la personne que j’aime le moins au monde, Luciana Collins. Elle est numéro un sur ma liste de personnes odieuses, je la déteste, c’est une intello geignarde, elle se croit parfaite avec ses lunettes noires carrées et sa pile de livres, elle est tellement… irritante.

-Mais si ce n’est pas le Collins lent, regarde où tu vas idiot, j’ai failli tomber à cause de toi !

Elle ramasse sa pile de livres, me regarde avec mépris, se lève et part, je la suis des yeux, jusqu’à ce que je vois qu’elle entre dans la classe, je suis mon chemin et j’entre aussi dans la classe, je m’assois au fond avec le reste de mes amis.

Après plusieurs minutes, le professeur entre enfin dans la classe et commence le cours, pardon, le cours de maths ennuyeux. Comme toujours Luciana est la seule à participer à celle-ci, car oui, je dois reconnaître qu’elle est assez intelligente, c’est pourquoi je lui fais confiance et je la laisse faire mes devoirs, enfin je la force plutôt à les faire.

Je ne suis pas une brute, mais je ne suis pas non plus un cerveau comme elle, si elle en sait autant, elle devrait aider les autres, non ? Le cours ennuyeux se termine et nous allons à la récréation, j’attends que tout le monde parte. Lorsque la pièce est complètement vide, je m’approche de Luciana et lui tend mon carnet.

-N’oublie pas mes devoirs, doucement.

Je touche ses doigts par accident et je ressens un élan, apparemment elle ressent la même chose car elle se retire brusquement et me regarde avec horreur.

– Qu’est-ce que c’était ? Qu’est-ce que tu m’as fait, Ford ?

– Qu’est-ce que tu as fait nerd, tu voulais m’électrocuter ?

– Quoi non ? Je ne l’ai pas fait ? …. Oublie ça je pars, j’ai beaucoup à faire.

Il ajuste ses lunettes et sort de la pièce en passant devant moi, je sens un riche parfum de vanille et je fronce les sourcils.

– Est-ce que j’aime l’odeur du slow ? C’est un parfum comme un autre”, me dis-je.

Je quitte la pièce et vais à la cafétéria, je rencontre Pete et les autres gars. Je m’assieds à la table habituelle à côté de Pete, je meurs de curiosité de savoir comment ça s’est passé avec l’agaçante Karla.

– Alors, comment ça s’est passé avec Karla ?

Mauvais, frère, la fille veut qu’on aille à un rendez-vous.

-Je t’avais dit qu’elle allait t’attirer des ennuis.

– Merde !

dit mon ami d’un air agacé.

– Et que vas-tu faire ?

-Je vais à ce putain de rendez-vous ce soir, je n’ai pas le choix. Cette fille est folle.

-Tu peux le faire, mon frère, mais tu dois être prudent.

-Ouais je sais, je vais être “mignon” avec elle ce soir, mais je vais mettre les choses au clair entre nous, je ne l’aime même pas, je l’ai baisée juste parce que j’étais bourré.

Je suis sur le point de dire quelque chose à Pete quand je vois Luciana entrer dans la cafétéria avec un type. Elle rit à quelque chose qu’il dit et ils s’assoient ensemble à une table un peu plus loin, pour une raison étrange, j’ai envie d’éloigner ce type d’elle, je fronce les sourcils en regardant où sont ces deux-là.

– Et qui est-ce ?

– Qui c’est ?

Celui-là”, dis-je en désignant la table où Luciana et l’autre garçon sont assis.

-Il s’appelle Daniel Wild, il est dans la chambre 2, c’est un senior aussi, il est nouveau.

-Ok

Je dis sans quitter ces deux-là des yeux.

-Si je ne savais pas que tu détestes Luciana, je penserais que tu es jaloux Travis, arrête de regarder là-bas comme un putain de chien enragé.

-Ne dis pas de bêtises, je voulais juste savoir qui c’était, je ne l’ai jamais vu avant.

-Aha…

Pete dit, en plissant les yeux.

-En tout cas, on a un entraînement aujourd’hui à 2 heures, tu ne dois pas le manquer Pete, l’entraîneur est furieux que tu sois allé à l’entraînement pour nous cette semaine.

-Je sais, mais j’y vais aujourd’hui, ne t’inquiète pas maman !

Il dit d’un ton moqueur.

– Trou du cul !

Je dis en lui donnant un coup de poing sur l’épaule, je ne peux pas m’en empêcher, mon regard va à nouveau vers la table de Luciana, je me sens soudainement de mauvaise humeur, merde, je crois que je suis devenu bipolaire.

Je les regarde se lever de table et le garçon se propose de porter leurs livres, Luciana regarde dans ma direction et nos regards se croisent, j’essaie de me cacher, mais elle m’a déjà rattrapé, son regard se durcit dès qu’elle me voit et elle la retire brusquement, elle me déteste autant que je la déteste….

Ils quittent la cafétéria et je les perds de vue, oubliant complètement ces deux-là pour me concentrer sur la conversation avec mes amis.

Enfin, la journée d’école est terminée, je ramasse mes affaires et je vais à la salle de sport, je mets mes vêtements d’entraînement et je vais sur le terrain de football qui se trouve à l’extérieur de l’école, l’entraîneur est déjà là et petit à petit mes camarades commencent à arriver.

Nous commençons l’entraînement qui dure deux heures, après que l’entraîneur nous ait littéralement fait chier pendant l’entraînement, nous allons aux douches pour nous nettoyer avant de rentrer à la maison.

-Bye Travis, à demain.

-Bonne chance mon pote

Je dis rester seul dans les douches. Je suis le dernier à me doucher, j’enroule une serviette autour de ma taille, je suis sur le dos, quand j’entends un léger raclement de gorge.

-Mmm, mmm Travis, voici tes devoirs. Ils m’ont dit que tu étais ici et je suis venu te le donner, je rentre à la maison maintenant, ici.

Il me tend la main en me donnant le cahier et je tends la mienne pour le recevoir, par accident ma serviette tombe sur le sol, révélant mon grand garçon dans toute sa splendeur, Luciana ouvre les yeux comme une assiette et regarde ailleurs.

– S’il te plaît, couvre-toi, je ne veux pas voir ta misère !

Je souris en coin à sa remarque, je ramasse la serviette et la replace autour de ma taille, je me rapproche dangereusement d’elle et la plaque contre le mur.

-Tu souhaites que ma “misère” te baise fort contre ce mur.

Je dis, en posant mes mains de chaque côté de sa tête.

-Ne rêvez pas, Travis, nous ne sommes pas tous en train de fondre pour vous.

-Eh bien, je suis soulagé que tu ne me vois pas comme ça, parce que tu serais la dernière personne au monde que je baiserais. Tu es insupportable, tu es odieux, tu es juste dégoûtant.

Elle me regarde avec des larmes dans les yeux et je sens quelque chose dans ma poitrine, je pense que je l’ai perdue cette fois.

Je vois comment elle incline la tête et presse ses lèvres l’une contre l’autre, elle me pousse légèrement et dit

-Comme si je ne le savais pas.

Il sort de là presque en courant, et je suis sûr qu’il pleure, je reste là comme un con, je me sens un peu mal, ce n’était pas nécessaire de lui dire tout ça.

Finalement, je mets mes vêtements, je sors des douches et j’oublie tout ça. Je marche jusqu’à ma moto et je rentre à la maison.

Je salue maman qui est devant son ordinateur comme d’habitude, je vais dans ma chambre et je m’allonge sur mon lit.

Soudain, des yeux tristes me viennent à l’esprit et je saute du lit.

-Non, tu ne peux pas penser à ce nerd, c’est juste de la culpabilité, demain je ne lui demanderai pas de faire mes devoirs pour compenser pour aujourd’hui, pas question de m’excuser auprès de cette lente.

Mais pourquoi je me sens si mal ? Je l’ai toujours traitée de la même façon, d’ailleurs je ne l’aime pas, elle me rend folle à chaque fois que je la vois.

J’espère ne plus jamais revoir son visage irritant, ce serait un soulagement pour moi et pour toute l’école.

Je me connecte à mon ordinateur et cherche dans mes réseaux sociaux. Je trouve des centaines de demandes d’amis et en rejette presque la moitié.

– Wow, la lente a Instagram, je ne pensais pas qu’elle aimait ce genre de choses !

Je clique sur son profil et je vois qu’elle a beaucoup de photos, mais, je suis surpris de la voir sans lunettes sur certaines d’entre elles, elle est totalement différente, elle est très… jolie. Bien qu’elle ne m’ait jamais paru laide à cause de ses lunettes, je suis quand même très surpris.

-Quelle surprise, petite Lenta.

Je ferme mon ordinateur, enfile un pyjama et descends dîner avec maman, qui est miraculeusement à la maison. Après une très courte conversation avec elle, nous dînons en silence et je monte dans ma chambre pour dormir.

Je m’allonge sur mon lit et je m’endors en quelques secondes.

Article précédentLes princes captifs
Article suivantLe mariage de ma meilleure amie

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,952FansJ'aime
3,373SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles